Le sacrifice

Sacrifice des ovins / bovins

Avant l’abattage, nos contrôleurs notent le numéro de la première bête à sacrifier. Pour ce faire, ils sont munis d'une feuille d'état d'abattage sur laquelle ils relèvent le numéro de l'oreille de la  bête égorgé rituellement.

Dés son arrivée dans le box de contention, l’animal est immobilisé et positionné flanc gauche vers le sol, le piège de la bête est penché à 90° pour éviter qu’elle ne s’étouffe conformément aux prescriptions des services vétérinaires. L’animal n’est jamais sacrifié en position suspendue.

Avant la saignée, nous veillons au bon traitement de l'animal. Affin d’éviter tout stress ante-mortem.

Le couteau du sacrificateur est préalablement nettoyé et bien aiguisé.

Le sacrificateur prend un grand soin à ne pas montrer le couteau à l'animal avant la saignée. De plus le sacrifice de l’animal n’est jamais effectuer à la vue d’une autre bête.

Lorsque cela est possible, nous recommandons au sacrificateur d'orienter l'animal vers la direction de la Mecque.

Lors de la saignée, le sacrificateur formule l'intention de faire le sacrifice et prononce la BISMILLAH. Puis il sectionne manuellement et de façon simultané :

  • la trachée au dessous du larynx
  • les artères carotides
  • les veines jugulaires
    Sans entamer la moelle épinière

Nos contrôleurs vérifient que le geste du sacrificateur est bien conforme au rite islamique. Nos contrôleurs sont seul juge de l'authenticité de ce geste.

Après avoir été saigné, l’animal n’est libéré que lorsqu’il est complètement inerte. Aucune intervention manipulation de la bête n’est permise durant ce laps de temps. Nous procédons à un contrôle du réflexe rétinien, afin d’être assuré de la mort de l’animal.

Entre chaque sacrifice nous veillons à ce que soit nettoyé le box de contention, les murs, le sol et le couteau du sacrifice. Le couteau est également aiguisé avant chaque saignée.

Dans le cas où une bête déjà morte est introduite dans le box de contention. La bête en question, ainsi que les bêtes suivante et précédente sont immédiatement écarté de notre processus de certification et tout le circuit des viandes est nettoyé une nouvelle fois.

L'éviscération est effectuée tous de suite après l’abattage. Les abats sont récupérés dans des bacs. Ils sont soigneusement identifiés puis scellés.

Les viandes provenant des carcasses ou des abats ne sont  jamais  en contact avec le sol.

 

Une estampille est appliquée aux carcasses selon un schéma précis :

  • sur les quartiers arrières, au niveau du faux-filet et à la hauteur de la quatrième vertèbre lombaire.
  • sur les quartiers avant, au niveau du gros bout de poitrine, à environ 20 centimètres de la fente du sternum.
  • un marquage est aussi appliqué à coté du numéro de la bête.

Nous vérifions l’état des carcasses. Si elles présentent des taches sombres ou si une grande partie de viande a été arraché nous refusons de la certifier.

Sacrifice des volailles

Avant tout sacrifice, nous vérifions que les volailles sont vivantes et conscientes.

Ainsi, nous n’acceptons aucun étourdissement à l’abattage rituel que ce soit par électronarcose ou électrochoc. Aucun animal prévu pour un abattage de manière traditionnelle (assommage préalable) ne pourra être abattu au sein d’un lot de bêtes destiné à recevoir une estampille ACHAHADA.

Toute  bête arrivant de la salle des vivants en ayant déjà été tué est immédiatement écartée du processus de certification.

L’animal est sacrifié en position suspendue. Le sacrificateur formule l'intention de faire le sacrifice et prononce la BISMILLAH. Puis il sectionne manuellement le cou des volailles.

A la sortie du point d’abattage nous nous assurons de la mort totale de l'animal avant son passage dans le bac d’échaudage.

Nous inspectons également le cou de chaque bête afin de nous assurer de la conformité de l’abattage au rite musulman. Pour tout sacrifice non conforme, la carcasse et les sous-produits sont écartés du processus de certification

Comme dans l’abattage des ovins/bovins, Nous vérifions l’état des carcasses qui est minutieusement inspecté avant toute certification de notre part.

Après l’abattage, le picage des carcasses à l’effigie d’ACHAHADA est assuré par nos soins.

Les pics sont  appliqués sur les carcasses de manière consciencieuse. Les abats sont récupérés dans des bacs et scellés à l’aide de colsons.